Accueil / People / Charlène de Monaco, ce grand défi, elle doit virer sa rivale du Palais

Charlène de Monaco, ce grand défi, elle doit virer sa rivale du Palais

Charlène de Monaco ce grand défi elle doit virer sa rivale du Palais

L’épouse du prince Albert est confrontée à une mission impossible. Charlène de Monaco, ce grand défi, elle doit virer sa rivale du Palais. Les détails !

Six mois d’absence change énormément de choses et ce n’est pas la maman de Jacques et Gabriella qui dira le contraire ! Pour son retour prévu cette fin d’octobre, elle va avoir beaucoup de boulot ! Une mission des pas plus évidente. Charlène de Monaco, ce grand défi, elle doit virer sa rivale du Palais ou plutôt SES rivales !

Charlène de Monaco aura du boulot !

Pendant que Charlène de Monaco composait tant bien que mal avec ses problèmes de santé en Afrique du Sud, certaines y ont vu l’occasion de lui piquer sa place.

Comme l’évoque le magazine allemand 7 Tage, la femme de 43 ans « serait confrontée à un grand défi, celui de récupérer sa place qui serait déjà occupée par d’autres » dont Sharon Stone, retrouvée à plusieurs reprises dans les bras de son homme. Dans la foulée, il y a Nicole Coste, ex-compagne et mère du fils aîné du prince Albert. Sans parler de la plus dangereuse d’entre tous, son illustre belle-sœur Caroline de Monaco. Il faut reconnaître que ça va être difficile de l’écarter. Après 10 ans, la maman de Charlotte Casiraghi a finalement repris les rênes de Monaco et elle ne se laissera certainement pas faire.

« Même ses jumeaux ont maintenant trouvé une personne qui puisse s’occuper d’eux au quotidien en la princesse Caroline », glisse encore la publication, au grand dam de Charlène de Monaco. En marque de son retour,
l’épouse du prince Albert s’est affichée sur les réseaux sociaux avec le diadème qui lui a été offert par son mari à leur mariage, « ce serait également pour rappeler sa position ».

« Mais il est peut-être trop tard(…) Le vide laissé par Charlène se réduit de plus en plus » !

« Mais il est peut-être trop tard pour cela. Car la vie au Palais a évolué en six mois – et le vide laissé par Charlène se réduit de plus en plus », poursuit la publication.

«En provoquant la rupture, Charlène perdrait tout ce qu’elle a dit avoir de plus cher. Même sa liberté recouvrée serait un trompe-l’œil, son destin singulier ne pouvant cesser d’attirer la curiosité », prévenait Stéphane Bern, le spécialiste des têtes couronnées auprès de Paris Match.