Accueil / People / Amélie Nothomb, l’écrivaine de 54 ans victime d’un terrible viol collectif !

Amélie Nothomb, l’écrivaine de 54 ans victime d’un terrible viol collectif !

Amélie Nothomb, l’écrivaine de 54 ans victime d’un terrible viol collectif !

Les fans ne s’attendaient pas du tout de tomber dans une telle anecdote en lisant son dernier. Amélie Nothomb, l’écrivaine de 54 ans victime d’un terrible viol collectif !

Amélie Nothomb, âgée aujourd’hui de 54 ans, a été victime d’un terrible viol collectif. L’écrivaine a décidé d’aborder pour la toute première fois cette sombre histoire dans son tout dernier roman dont le titre est très évocateur.

Le « Premier Sang »…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Manon Benney (@saturna_bouquine)

Comme à son habitude, l’écrivaine publie chez Albin Michel un roman. Pour cette année 2021, le livre s’appelle « Premier sang ».
Selon une publication postée par Satura Boutique dans son compte Instagram, l’héroïne « raconte l’histoire de son père ainsi que son enfance très romanesque dans le château de son grand-père, ses premiers émois et l’événement qui a marqué sa vie d’adulte…« 

Si elle a toujours privilégié le dialogue avec l’ensemble de ses ouvrages, Amélie Nothomb change carrément de style et décide de raconter un véritable récit.

« Je me suis laissée embarquer par l’histoire de Patrick. J’ai vraiment adoré toute la première partie consacrée à son enfance. Elle a limité les allures d’un petit conte. En revanche, la transition a été rude avec la seconde partie sans aucun rapport avec la précédente ».

« L’auteure passe un peu du coq à l’âne et je me retrouve paumée à la ferme« , racontait une lectrice. « Bref, j’ai apprécié ma lecture mais encore une fois, pour moi, c’était loin d’être extraordinaire…« , confessait le même individu.

« Je me suis fait violer par trois hommes »

D’une façon ou d’une autre, l’histoire n’est pas facile à digérer. « Nous sommes en 1979, dans le Golfe du Pengale, sur une plage sable fin du Bangladesh »,pouvait-on y lire dans un extrait publié par le Parisien. Fille d’un grand diplomate, Amélie Nothomb n’avait que 12 ans au moment des faits. « Je me suis fait violer par trois hommes », avouait-elle, toute triste.

« Ma mère est allée me repêcher, elle m’a sauvée, et ce qu’elle m’a dit, c’est pauvre petite. Mais heureusement, car sinon, je croirais avoir rêvé », rapportait toujours cet article de nos confrères du parisien.