Mot clé ‘« Qui a voté pour qui ? »’

Campagnes de gauche, campagnes de droite

Publié le 23 mai 2012, par Christophe Broquet
Vote rural

Au soir du 6 mai, François Hollande dominait nettement Nicolas Sarkozy dans les zones urbaines (5,2 points d’écart). En revanche, moins de 6 000 voix séparaient le candidat socialiste de son adversaire dans les cantons ruraux de la France métropolitaine.

Ce faible écart nous invite à explorer les zones de force et de faiblesse des deux candidats pour dresser – avec toute la modestie qui s’impose – un portrait des « campagnes de gauche » et des « campagnes de droite ».

Lire la suite

Vague rose sur les DOM-TOM

Publié le 13 mai 2012, par Corinne Deloy
Vague

Plus que d’une élection, il s’agit d’un plébiscite. C’est en tous cas le terme qui vient à l’esprit quand on regarde les impressionnants pourcentages de voix obtenus par François Hollande au deuxième tour de l’élection présidentielle dans les départements d’outre-mer (à l’exception de Mayotte): 71,4% en Guadeloupe (son meilleur résultat au niveau national), 71,4% à la Réunion, 68,4% à la Martinique, 62% en Guyane (qui avait accordé la majorité à Nicolas Sarkozy en 2007) et 65,3% à Saint-Pierre-et-Miquelon.

Lire la suite

Quelle est la France qui a voté François Hollande ?

Publié le 11 mai 2012, par David Valence
Bastille

Bastions de droite, bastions de gauche, montée du Front national : chaque zone géographique a ses habitudes de vote. Aux partis d’adapter leur stratégie pour réussir à attirer les électeurs des territoires ruraux et la France des grandes couronnes périurbaines.

Lire la suite

Le Front national, avant-garde de la « nouvelle classe ouvrière » ?

Publié le 9 mai 2012, par Rémi Hugues
Corons

Parmi les électeurs de Marine Le Pen lors du 1er tour de l’élection présidentielle, les ouvriers sont ceux qui se sont moins reportés en faveur de Nicolas Sarkozy le 6 mai dernier. Cela traduit l’échec du désormais ex-chef de l’Etat à convaincre ces partisans du « ni droite, ni gauche », nouvelle idéologie d’un Front national qui mêle le social au national, et qui trouve chez une « nouvelle classe ouvrière » l’un de ses plus solides appuis.

Lire la suite

L’étrange campagne

Publié le 7 mai 2012, par Alexis Benoist
FH

Au-delà de son résultat, la campagne qui s’achève fut celle de tous les paradoxes : un taux de participation important mais un faible engouement pour les propositions des uns et des autres ; deux favoris largement en tête au premier tour mais dont aucun n’a pu compter sur un véritable vote d’adhésion ; un débat d’entre-deux-tours suivi par 18 millions de téléspectateurs mais jugé sans impact sur leur vote ; un nouveau président qui remporte le scrutin, sans pourtant susciter l’enthousiasme pendant la campagne. Les Français ont semble-t-il mesuré l’importance de cette élection, sans trouver dans les débats qui l’ont précédée l’écho de leurs préoccupations.

Lire la suite

Haut de page