Articles Tagués 'imaginaire politique'

Les droites et la rue

Les droites et la rue

Les droites sont réputées hostiles à la manifestation. Les exemples à l’appui de cette perception ne manquent pas dans l’histoire immédiate. En 2002, ni le RPR ni l’UDF ne participent aux défilés du FN, arguant qu’il n’était pas dans leur « culture de manifester » selon les mots de François Fillon. Dès lors, comment expliquer les défilés massifs de la « Manif pour tous » ou des « Bonnets rouges » ? C’est cette apparente contradiction qui ouvre l’ouvrage de Danielle Tartakowsky.

Halte à la démission des élites françaises ! Le débat sur les élections n’est pas au niveau

Halte à la démission des élites françaises ! Le débat sur les élections n’est pas au niveau

Il n’est de grande défaite qui ne trouve ses racines dans une crise intellectuelle et morale. Alors que l’avenir de la France s’assombrit, il devient de plus en plus clair qu’un choix, avec des nuances, se présente pour notre pays : le repli sur lui-même, séduisant et dans l’air du temps, ou l’ouverture au monde, laquelle passe nécessairement par la construction européenne.

Et si on jouait à « la fin du monde »?

Et si on jouait à « la fin du monde »?

« 4H44, dernier jour sur terre », d’Abel Ferrara

Et si on jouait à la « la fin du monde » ? On installe deux comédiens dans un appartement spacieux à New York et on les filme avec à un dispositif ultraléger qui garantit l’intimité nécessaire pour inventer en toute liberté cette dernière journée sur Terre. Juste avant l’apocalypse.

L’Antiquité dans le prisme nazi

L’Antiquité dans le prisme nazi

Compte-rendu du livre de Johann Chapoutot, Le nazisme et l’Antiquité, PUF, « Quadrige ».

Au tout début, il n’y a que la brume, la brume des temps anciens. Avec le soleil qui perce, elle se dissipe et permet de discerner des ruines d’un temple grec. Pendant plusieurs minutes, la caméra glisse doucement à travers ce qui ressemble fort à l’Acropole d’Athènes ; images entrecoupées de statues de dieux et de héros grecs. Puis l’un d’eux, un lanceur de disques, se transforme en athlète du XXe siècle, le décathlète allemand Erwin Huber : la pierre devient chair et os. Il s’agit bien sûr du prologue d’Olympia de Leni Riefenstahl (titre français « Les Dieux du stade »), le film officiel des Jeux olympiques de Berlin en 1936, un document qui constitue l’une des clefs de voûte du propos de Johann Chapoutot dans son étude magistrale Le nazisme et l’Antiquité, parue récemment en édition de poche.