Plaidoyer pour une alliance commerciale entre l’UE et les Brics

Le sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), qui se tient à Johannesburg du 25 au 27 juillet avec la participation du président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui rêve de voir Ankara y adhérer, se déroule sur fond de guerre commerciale lancée par Washington.

Après le retrait du Partenariat transpacifique, la difficilerenégociation de l’Aléna, le blocage de l’Organe de règlement des différends de l’OMC, les décisions d’imposer des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium ainsi que des droits de douane de plusieurs milliards de dollars sur les produits chinois actent le tournant protectionniste des Etats-Unis.

Rupture totale

Washington a opté non pour un virage stratégique, mais pour une rupture totale avec la politique conduite depuis 1945 en faveur du libre-échange et d’une régulation multilatérale. Les conséquences sont absolument majeures, les Etats-Unis étant la première puissance du monde et le dollar la principale monnaie internationale dans une économie mondialisée.

La politique protectionniste de Washington, venant après le plan massif de réduction des impôts,n’obéit à aucune rationalité économique, l’économie américaine croissant de 2,5 % par an et se trouvant en situation de plein-emploi avec un taux de chômage à 4 % de la population active. Ces mesures protectionnistes seront impuissantes à opérer le rééquilibrage du commerce extérieur américain, dont la raison fondamentale est l’insuffisance de l’épargne des ménages.

Les représailles sont inévitables de la part des partenaires commerciaux des Etats-Unis, ce qui crée un environnement propice à une guerre commerciale et défavorable à la croissance mondiale. L’Union européenne a ciblé plusieurs produits américains sensibles,tels le bourbon ou les jeans, alors que Pékin s’attaque aux producteurs américains de soja. Comme dans les années 1930, le protectionnisme va alimenter le repli sur soi, les dévaluations monétaires et les tensions inflationnistes.

Réponse européenne

L’Union européenne n’avait pas d’autre choix que de répondre de manière forte et rapide au conflit commercial lancé par Washington. Elle a accéléré la conclusion des accords de libre-échange bilatéraux, à l’instar de celui conclu avec Tokyo qui va créer la zone commerciale la plus importante, et réorienté sa stratégie commerciale vers l’Asie, l’Amérique du Sud et la Russie.

Mais le multilatéralisme commercial était déjà, avant l’élection de Donald Trump, en mauvais état : échec du cycle de Doha, stagnation du pouvoir d’achat des classes moyennes occidentales, montée des inégalités, désindustrialisation. Si les réponses américaines ne sont pas bonnes, elles tentent de répondre à de vraies inquiétudes occidentales.

Initiative commune

L’Union européenne, désormais seule à défendre le libre-échange, a une responsabilité particulière pour moderniser la régulation commerciale mondiale et trouver des réponses cohérentes aux déséquilibres des balances extérieures et à la montée des inquiétudes occidentales sur la mondialisation.

 Cette initiative permettrait de renouer le dialogue multilatéral, dans une enceinte distincte de l’OMC, avec une nouvelle génération d’accords commerciaux. 

Bruxelles pourrait proposer aux pays réunis à Johannesburg une initiative commerciale commune entre l’UE et les Brics. Il s’agirait d’une alliance de pays volontaires, désireux de rééquilibrer les flux commerciaux et les échanges de technologies entre les pays européens et les grandes puissances émergentes.

Cette initiative permettrait de renouer le dialogue multilatéral, dans une enceinte distincte de l’OMC, avec une nouvelle génération d’accords commerciaux traitant également de sujets plus larges, comme la propriété intellectuelle, la protection des investissements, l’ouverture des marchés publics et l’équilibre plus général des échanges entre les grandes zones commerciales.

Laurence Daziano est maître de conférences en économie à Sciences Po. Elle est également membre du Conseil scientifique de la Fondation pour l’innovation politique

 

Ce papier a été publié dans Les Echos

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0302023894314-plaidoyer-pour-une-alliance-commerciale-entre-lue-et-les-brics-2194370.php

 

Photo by chuttersnap on Unsplash

Qu'en pensez-vous?