Les fournisseurs d’accès internet associatif et alternatif: gardiens de l’internet libre ?

2925352521_517c291633_bLes fournisseurs d’accès internet associatif et alternatif: gardiens de l’internet libre ?

Par Farid Gueham

En France, lorsqu’un particulier souhaite ouvrir une connexion internet, il se tourne naturellement vers les principaux fournisseurs d’accès internet (FAI) tels que Free, Orange ou Bouygues Telecom. Et si le choix ne s’arrêtait pas là ? Une poignée de consommateurs l’a compris et opte pour les FAI associatifs. Il existe une vingtaine de fournisseurs associatifs (aussi appelés FAI alternatifs) en France. Il s’agit de petites structures à taille humaine où l’on se refuse de parler de clients ou de consommateurs. Les utilisateurs sont des adhérents. Gérés bénévolement par leurs membres, les fournisseurs d’accès associatifs offrent la possibilité de se connecter autrement. Ils entendent défendre la neutralité du net, tout en apportant assistance et conseil à ceux qui souhaitent créer localement leur propre FAI, notamment dans les « zones blanches », ces espaces qui représentent 2% du territoire français à l’intérieur duquel les habitants ne bénéficient pas des services mobile ou ADSL.

Une volonté de peser sur le débat de la neutralité de l’internet

En 1990, internet en était encore au stade des balbutiements en France et c’est à cette même époque que les premier FAI associatifs voient le jour. FDN « French data Network » est le plus ancien des FAI associatifs toujours en activité. Internet n’était pas le réseau unique et dense que nous connaissons aujourd’hui. Il était segmenté en une multitude de « sous-réseaux » dans les écoles de commerce, les universités. La notion même de fournisseur était une abstraction assez complexe à appréhender et FDN avec ses 200 abonnés faisait figure d’acteur incontournable dans ce nouvel environnement. L’association FDN compte aujourd’hui 450 adhérents. La structure est essentiellement animée par des bénévoles. Au-delà de la démarche commerciale, les FAI associatifs entendent peser sur le débat démocratique de l’internet en se rassemblent en fédération comme le FAI « Franciliens.net ». Les FAI veulent être des interlocuteurs crédibles et légitimes dans le débat sur la liberté de l’internet et de ses usages, afin de constituer un vrai contre-pouvoir face à l’ARCEP Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, l’HADOPI ou le CSA. Autre problématique, celle de la neutralité du net, aujourd’hui, revendication principale des FAI associatifs.

Les FAI associatifs, ça marche comment ?

D’un point de vue juridique, toute personne pouvant adhérer à une association « loi 1901 » peut devenir membre d’un FAI associatif. La marche à suivre ? Une procédure standard en trois étapes : l’inscription sur la page de gestion des adhérents et la signature des statuts de l’association. Le règlement de la cotisation qui est le plus souvent libre et enfin la validation d’un compte permettant de se connecter au système de gestion des adhérents pour accéder, modifier ou supprimer les données personnelles ou télécharger une carte d’adhérent. Le but des FAI associatifs est de relier les adhérents à l’internet selon une architecture simple : internet, c’est un réseau de 30 000 réseaux plus petits. Un FAI associatif connecte donc les utilisateurs à l’un de ses réseaux pour le relier à Internet. C’est un intermédiaire, une interface, un système autonome et standardisé qui dialogue avec les autres FAI en utilisant un langage commun. Mais les FAI associatifs revendiquent une démarche bien distincte des grands groupes. Ces structures ne vendent pas de services, le bénévolat y est de rigueur et les adhérents sont des contributeurs actifs. Les internautes accompagnés et encadrés dans leur apprentissage deviennent donc leurs propres fournisseurs d’accès. Dans cette démarche, pas de hiérarchie ou de préséance à l’ancienneté au sein des adhérents. Les utilisateurs novices ne sont pas livrés à eux-mêmes. A titre d’exemple, la FFDN fournit à ses membres les outils pour se développer et répondre aux problématiques qui concernent l’activité de fournisseur d’accès à Internet. La pédagogie et l’apprentissage de l’outil sont des éléments clés de cette démarche. Chaque adhérent est le garant d’un service fluide et efficace pour l’ensemble de la communauté. Les adhérents sont motivés par des valeurs, par une démarche humaine et responsabilisante sur la base
du bénévolat et du volontariat. L’autre enjeu des FAI c’est bien évidemment la liberté: celle de construire son propre accès et son propre usage de l’internet. Les motivations des adhérents au Fournisseur d’accès internet associatif ? Des aspects pratiques, mais surtout des valeurs. D’un point de vue pratique, les FAI offrent un service sur mesure : les usagers sont également les fournisseurs. Pas de services superflus pour cette prestation au plus proche de leurs besoins. Le FAI, c’est aussi des valeurs : le choix d’une pratique plus libre de l’internet et la préférence affirmée pour une économie solidaire plutôt qu’un service exclusivement marchand.

Le FAI associatif: une nouvelle forme d’activisme ?

Au plus fort de la révolution égyptienne, l’association FDN avait mis en place un système pour fournir aux Egyptiens un accès à Internet lorsque les connexions du pays avaient été coupées. Le FAI « FDN » a également hébergé le site « Wikileaks » via un site miroir, une copie accessible à une adresse différente lorsque le site était censuré. L’usage des FAI associatifs est un donc un acte militant au service de valeurs et d’une vision de l’internet libre et neutre. Sans tomber dans une théorie du complot caricaturale, les adhérents des FAI associatifs soulèvent une autre question majeure : que font les fournisseurs d’accès de nos données, cette data riche en informations sur notre consommation, sur nos goûts ? S’affranchir du service marchand en suivant une démarche éthique. C’est l’autre l’enjeu des FAI associatifs. De la même façon, les adhérents des FAI associatifs questionnent l’origine des recettes des grands groupes comme SFR, Free ou Orange. Proviennent-elles des abonnements ou d’accords commerciaux issus de la vente de données ou de la mise en avant de certains sites. Dès lors, les FAI associatifs se présentent les gardiens d’un espace qui se réduit chaque jour un peu plus sur internet, celui des voix libres des activistes, des dissidents et du débat d’idées.

La question de la neutralité d’Internet portée au niveau politique.

Les FAI associatifs aspirent à un Internet 100% neutre. Mais que faut-il entendre par neutralité ? Lorsque l’on reçoit un colis par la poste, on n’a pas envie que les services postaux y jettent un oeil ou pire encore qu’ils exercent un pouvoir discrétionnaire et arbitraire sur ce qu’ils souhaitent livrer ou non. La problématique de la neutralité de l’internet est assez proche. Certains fournisseurs prétextent des obstacles techniques comme la lenteur du débit pour lire ou visionner certains contenus ou faire fonctionner certains logiciels en ligne. Beaucoup d’adhérents des FAI associatifs y voient des d’atteintes à la neutralité de la part des grands groupes. Les principaux fournisseurs d’accès privés invoquent la limitation de la bande passante causée par le développement des plateformes vidéo, pour essayer de développer des systèmes à plusieurs vitesses – dans lesquels certains paquets bénéficient, contre rémunération d’une priorité d’acheminement. « Le réseau est naturellement neutre », explique Fabien Sirjean, président de FDN « or, porter atteinte à cette neutralité c’est limiter l’accès à l’information, et donc restreindre la liberté ». La FDN et l’ensemble des FAI associatifs portent ainsi les questions de neutralité et de limitation « programmée » auprès des pouvoirs politiques, y compris européens.

Quelques chiffres

On compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de FAI associatifs regroupés au sein de la Fédération des fournisseurs d’accès FFDN. Ces FAI rassemblent un total de 1863 adhérents. Les associations regroupant le plus grand nombre d’adhérents sont « Tetaneutral.net » 595 adhérents, « French Data Network » 442 adhérents, « Sames Wireless » 167 adhérents, et « Lorraine Data Network » avec 75 adhérents.

Crédit photo : Arthur Caranta

Pour aller plus loin
- Association Internet Libre en CorrèzeLa fédération FDN des Fournisseurs d’Accès à Internet
- Association FAI « Franciliens.net
- Carte des différents projets FAI en France – Site de la “Do-It-Yourself Internet Service Provider” feuille de route pour accompagner les particuliers dans la mise en place d’un FAI
- Reportage tv “ Pour un internet libre et ouvert: le Président Obama propose une réglementation stricte de la neutralité de l’internet » Fox6now
- BBC News Technology «La Commission Fédérale des Communications, Ministère des communications américain repousse l’application de la loi sur la neutralité de l’internet » FCC ‘to delay’ US vote on net neutrality
- Site de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes
- Site de l’ HADOPI
- Liste des fournisseurs associatifs membres de la FFDN

Qu'en pensez-vous?