Fluicity : une application pour réconcilier citoyens et élus

FluicityFluicity : une application pour réconcilier citoyens et élus

Par Farid Gueham

La citoyenneté est-elle devenue à ce point lourde et pénible à assumer ? Il semblerait que oui. Les taux records d’abstention des dernières élections le prouvent : 39% des Français se sont abstenus lors des élections municipales de 2014, 50,09% aux élections régionales selon le ministère de l’intérieur. En France, huit personnes sur dix considèrent que la démocratie ne fonctionne plus. Ironie du sort, le berceau des Lumières, de la Révolution et des Droits de l’Homme est aujourd’hui blasé par le jeu démocratique, quand une partie du Moyen-Orient et du Maghreb se bat pour défendre ses droits. C’est le constat dressé par Julie de Pimodan, journaliste pendant près de sept ans au Moyen-Orient, au Yémen, en Turquie, en Tunisie, elle observait des foules prêtes à se battre et à mourir pour des droits que les citoyens des démocraties occidentales délaissent. Julie de Pimodan a, par la suite, rejoint les équipes de Google « Doubleclick ». Pendant près de quatre ans, elle aidait les grandes entreprises à mieux communiquer avec leurs clients grâce à la technologie et à l’analyse de données. « Google est omniprésent, mais est-ce normal que nous soyons tous plus proche d’un géant américain comme Google, que de notre propre Maire ? » s’étonne la jeune dirigeante de startup. Les habitudes de communication ont changé et on ne dialogue plus en 2015 comme on le faisait en 1958. « Et s’il existe un gouffre énorme entre les pratiques du secteur privé et celles du secteur public, ce gouffre n’est rien à côté de celui qui est en train de se creuser, entre les gouvernants et les citoyens »ajoute-elle.

Face à cette crise démocratique, comment renouer du dialogue et recréer du lien entre les collectivités locales et les citoyens ?

Pour Julie de Pimodan, face à cette nouvelle pathologie de la démocratie, il faut un nouveau remède, un outil moderne, un facilitateur de l’échange citoyen. En janvier 2015, elle fonde Fluicity. Le concept se veut simple : une application mobile et une plateforme d’échange qui permet aux collectivités locales et aux citoyens de mieux collaborer. Plus concrètement, Fluicity propose une information ciblée, une interactivité plus efficace, et une meilleure exploitation des échanges entre les collectivités locales et les citoyens, afin de les réengager dans la vie de leur commune. Pour cela, il faut tout d’abord mieux les informer. La plateforme rassemble des informations locales, regroupées par thématiques, provenant de la Mairie, mais également de médias locaux indépendants, ou de tout membre actif de la société civile.

Le citoyen s’est désengagé car il considère que son opinion n’aura aucun impact.

Fluicity permet d’interpeller directement les élus depuis l’application mobile. Et le dialogue va dans les deux sens : les citoyens soumettent leurs idées au Maire, qui peut lui-même consulter ses administrés et pourquoi pas leurs soumettre des solutions concrètes, ou des orientations budgétaires qui prendraient en compte leurs remarques. Fluicity propose également aux collectivités de mieux comprendre leurs administrés grâce à des outils de big data, autour de données fiables, quantifiables et actionnables. L’entreprise tient à sa neutralité : « ces données ne sont pas un outil de démagogie. Fluicity s’engage à la transparence, à la neutralité politique et à la protection des données » souligne Julie de Pimodan. Dorénavant, place au terrain : l’application est en phase de test dans plusieurs villes de différentes tailles, en France, mais également en Suisse et en Belgique. Des tests qui auront pour mission de mesurer l’impact réel du service sur la participation citoyenne locale.

Vernon, commune de l’Eure de 26 000 habitants, ville test pour Fluicity.

Vous sentez-vous proche de ceux que vous avez élus ? À Vernon comme ailleurs, les français disent ressentir à l’égard de leurs représentants au mieux de la lassitude, au pire, de la méfiance. Sébastien Lecornu, Président du Conseil Départemental de l’Eure et Maire de Vernon, ville touristique de 26 000 habitants, s’est laissé convaincre par l’initiative Fluicity. « C’est d’abord un outil de proximité. Les réunions publiques sont généralement organisées en Mairie, en semaine le soir, le weekend, il y a aussi les conseils de quartier. Tout cela c’est bien,  mais sur 26 000 habitants, beaucoup restent de côté. Ce sont ces habitants là que nous voulons toucher via la plateforme. Nous pourrons mettre en place des sondages en ligne, recueillir leurs idées avec cette application, nous en attendons beaucoup» déclare l’élu local.

L’application permettra également de poster des billets d’humeur sur la ville, afin d’expliquer ce que l’on y aime ou pas. Une façon de dépoussiérer la politique locale, de la rendre plus accessible, plus vivante aussi« La technologie n’est pas la solution à tout, mais elle peut être mise au service des problèmes concrets et si Fluicity peut contribuer à réveiller les citoyens dans la crise démocratique que nous traversons aujourd’hui, en leur donnant envie de participer à l’élaboration de leurs politiques publiques, nous aurons déjà atteint notre objectif » conclut Julie de Pimodan.

Si la startup n’en est qu’à ses débuts, le 9eme arrondissement de Paris et trois villes moyennes en France ont déjà manifesté leur intérêt. Plus que jamais, le numérique apparait comme un élément de réponse à la crise politique nationale et locale. Un sujet au cœur des débats et des conclusions des travaux du cycle de conférences « DEMAJ : Démocratie Mise à jour ». Au cours d’ateliers participatifs dans cinq grandes villes françaises,  l’Institut Montaigne, Terra Nova et le think tank Renaissance numérique réunissaient lors d’ateliers des experts, des élus et des citoyens pour débattre de la place du numérique au sein de notre démocratie. L’initiative Fluicity s’inscrit dans les préconisations des ateliers, une expérience stimulante et concrète, pour rendre à la vie publique et citoyenne l’optimisme, la transparence et la proximité qui lui font tant défaut.

Pour aller plus loin :

- « Fluicity, une appli pour renouer le dialogue entre les citoyens et les maires », Wedemain.

- «Portrait d’innovateur : Julie de Pimodan s’applique à faire du maire le CEO de sa ville », l’Atelier.

- « L’application qui veut réengager les citoyens dans le débat politique », le Figaro.

- «Mairies 4.0 : Fluicity numérise la démocratie participative normande », l’Usine Digitale.

crédit photo : Fluicity

Il y a 4 commentaires

  1. Crab d'Uc

    Enfin quelqu’un qui promeut ce que l’on pourrait appeler la Démocratie Directe..!
    Ce n’est pas gagné compte tenu que cela pourrait enlever quelques prérogatives à nos « braves » élus, qui ne représentent plus qu’eux même et leur lobbies attenants..!

Qu'en pensez-vous?