Tous les articles de Farid Gueham

Cette cyberguerre mondiale qui ne dit pas son nom

Cette cyberguerre mondiale qui ne dit pas son nom

Ce qui se conçoit bien, s’énonce clairement : les historiens le savent bien. Pour nous faire comprendre et assimiler des pans entiers d’une histoire complexe, coupes transversales de plusieurs décennies de tendances et de tensions, les titres accrocheurs et percutants sont les efficaces. Du « déclin et de la chute de l’Empire romain » à la « l’ascension d’Hitler et le Troisième Reich », les titres coup de poing frappent juste et marquent les esprits.

Révolution numérique, révolution culturelle ?

Révolution numérique, révolution culturelle ?

« L’emprise du numérique est, aujourd’hui, à double tranchant parce que des logiques multiples et contradictoires y sont constamment à l’œuvre (…), une innovation aux effets ambivalents ou, si l’on préfère, comme un pharmakon, à la fois un remède et un poison ». Comment appréhender l’impact de la révolution induite par le numérique ? S’agit-il d’une simple mutation de nos usages ou plutôt d’une révolution culturelle plus profonde qui affecterait tous les aspects de l’activité humaine ?

« Smart » : enquête sur les internets

« Smart » : enquête sur les internets

Tout s’accélère, tout s’amplifie. Les nouveaux chemins de l’internet prennent des allures de montagnes russes : vertigineux, déroutants, les usages de l’internet seraient responsables d’une massification et d’une uniformisation de nos profils ? Rien de moins faux à en croire Frédéric Martel, qui approfondit dans son ouvrage « Smart », les travaux déjà entamés dans « Main Stream », fable équipe d’une bataille sans merci entre les médias et la culture à l’ère digitale.

« Je selfie donc je suis » : les métamorphoses du moi à l’ère du virtuel

« Je selfie donc je suis » : les métamorphoses du moi à l’ère du virtuel

« Ainsi, ce moment où le sujet humain a basculé par le biais du numérique dans un nouveau rapport à lui-même et au monde, on pourrait aujourd’hui l’appeler le stade du selfie, tant c’est moins, en réalité, le monde qui a changé que la perception que nous en avons et, tant ce changement de perception est illustré par l’immixtion entre lui et nous de cet objet hybride omniprésent à la fois téléphone, écran, appareil photo et ordinateur, que nous qualifions d’intelligent et que nous appelons smartphone ».