Monthly Archives: juillet 2012

Les institutions sont-elles faites pour durer ?

Les institutions sont-elles faites pour durer ?

« Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change », dit Lampedusa, dans Le Guépard. Cette maxime résonne avec une justesse particulière s’agissant des institutions politiques démocratiques. C’est ce qu’explique Delphine Dulong dans la Sociologie des institutions politiques. L’auteur cherche à y remettre en cause l’idée selon laquelle les institutions politiques sont des structures sociales éternelles et immuables, pour montrer qu’au contraire elles organisent la vie des hommes différemment en fonction de leurs aspirations.

Le Moyen Âge dans tous ses états

Le Moyen Âge dans tous ses états

Par sa richesse, cet ouvrage dépasse sa vocation première, celle de recueil d’hommages rendus au grand médiéviste Philippe Contamine par ses disciples. Au-delà des connaissances qu’il rassemble sur le moyen-âge tardif,Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen-âge procure un grand bonheur de lecture. Les sujets les plus divers y sont abordés, qu’ils soient politique, économique, militaires, de l’évolution des stratifications sociales au concept de gloire dans une société guerrière. Cette variété est à l’image du projet scientifique de Contamine qui se voyait « en omnipraticien de l’histoire du Moyen Âge tardif (p. 8)». Au fil des pages, c’est un Moyen Âge vivant, déroutant, qui se dessine par petites touches pour former un tableau d’ensemble cohérent, que l’on prend plaisir à découvrir.

Faut-il une révolution fiscale ?

Faut-il une révolution fiscale ?

C’est peu dire que la créativité fiscale et les promesses budgétaires sont les choses les mieux partagées dans la classe politique française : TVA « sociale », fusion IR-CSG, suppression du quotient familial, taxe marginale de 75 % au-dessus de 1 million d’euros… Qui a travaillé un peu sur la fiscalité et sur les finances publiques sait qu’un bon système d’imposition doit remplir trois critères : efficacité, simplicité et équité ; autant de qualités souvent oubliées dans les réformes successives des lois de finance. Evidemment, la tâche est ardue tant le nœud des intérêts politiques, économiques et sociaux est inextricable : une réforme fiscale nécessite donc – ô désespoir – du courage politique.
Dans ce petit livre, Alain Trannoy définit trois objectifs qu’une réforme fiscale devrait prendre en compte au vu du contexte actuel : le retour à plus d’équité fiscale, le rétablissement des comptes publics et le relèvement de la compétitivité des entreprises. Plutôt que de se lancer dans un projet de reconstruction complète de la fiscalité française, il s’attarde sur plusieurs questions récurrentes du débat fiscal français que sont l’impôt sur le revenu, les niches fiscales qui s’y appliquent et le quotient familial.