Accueil / People / Michel Drucker balance sur son père, ce médecin qui lui traitait de cancre !

Michel Drucker balance sur son père, ce médecin qui lui traitait de cancre !

Michel Drucker balance sur son père, ce médecin qui lui traitait de cancre !

S’il a bien réussi sa carrière, l’animateur n’a pas eu une enfance facile. Michel Drucker balance sur son père, ce médecin très exigeant qui lui traitait sans cesse de « cancre ».

De passage à l’antenne de France Info sur le plateau du programme J’ai 10 ans ce samedi 14 août 2021, l’animateur vedette de France 2 était revenu sur son enfance qui est »jalonnée de stress, dans une atmosphère anxiogène, avec des parents et surtout un père très très exigeants« . Considéré comme le moins brillant de la famille, il a subi donc plus de pression que ses deux frères. Pour cela, Michel Drucker balance sur son père.

« Il voulait que ses trois garçons…soient tous des numéro 1″.

Abraham Drucker, le brillant médecin en chef du camp de Drancy durant la Seconde Guerre Mondiale, avait de très grandes aspirations pour ses fils. « Il voulait que ses trois garçons, car nous étions trois frères, soient tous des ‘numéro 1’, expliquait donc Michel Drucker. « Il a donc placé la barre très haute quand j’étais déjà très jeune« .

« Mon père voulait qu’il y ait un grand grand médecin, un gros fonctionnaire, poursuivait le mari de Dany Saval. Et éventuellement un grand pianiste mais il voulait qu’on soit tous des prix Nobel. » « Je voulais être médecin comme mon père. Cela a raté…, confessait-il. J’avais le goût des autres, je voulais voir les gens, parler aux gens. Je n’étais pas un solitaire.« 

« Il me réveillait au milieu de la nuit en rentrant à la maison, pour me réciter des leçons« .

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Michel Drucker (@michel_drucker)

Ce n’est pas tout. « Mon père, de nature caractérielle, n’avait aucune patience, enchaînait-il. Alors que je dormais, il me réveillait au milieu de la nuit en rentrant à la maison, pour me réciter des leçons… , a-t-il fait mention. Déjà qu’on a du mal à dormir lorsqu’on craint le lendemain, on ne se rendort pas une fois qu’il s’en va”.