Accueil / People / « Je suis le fils d’Albert » : Charlène de Monaco troublée par le fils de Bea Fiedler

« Je suis le fils d’Albert » : Charlène de Monaco troublée par le fils de Bea Fiedler

« Je suis le fils d’Albert » : Charlène de Monaco troublée par le fils de Bea Fiedler

« Je suis le fils d’Albert » : Charlène de Monaco troublée par le fils de Bea Fiedler. Il clame haut et fort être à « 90 pour cent, disons même 99 % ». Les détails.

Alors que Charlène de Monaco est en passe de surmonter ses ennuis de santé et se prépare pour  son grand retour au Rocher, prévu fin octobre, un énième problème pointe à nouveau le bout de son nom. C’est à se demander si elle n’a pas subi un sort. L’hypothèse émise par Stéphane Bern tend à se confirmer ! « Je suis le fils d’Albert » : Charlène de Monaco troublée par le fils de Bea Fiedler.

Daniel Fiedler, l’autre enfant caché du prince Albert.

La version allemande de In Touch vient de remettre cette histoire sur le tapis. Voilà qui ne va pas aider la princesse de Monaco à aller mieux. Il s’agit d’un certain Daniel Fiedler, un allemand d’une trentaine d’années qui s’arroge le titre d’être le fils du souverain, un autre enfant caché. Le jeune homme serait issu de la brève idylle qu’il y a eu entre le prince Albert et Bea Fiedler, l’actrice et mannequin allemand. In Touch a exhumé un entretien accordé par le jeune homme en question au magazine italien Oggi.

« Il existe une prise de sang du prince, réalisée dans un hôtel parisien en 1992 » !

En 1993, Fiedler affirme avoir eu un enfant du prince héritier Albert II de Monaco, qu’elle aurait rencontré dans un hôtel à Munich. Toutefois, un test de paternité a permis au mari de Charlène de Monaco de réfuter cette déclaration. Tout lien de filiation avait été exclu. Toutefois, Daniel Fielder ne compte pas si facilement baisser les armes. D’ailleurs, il se dit être à « 90 pour cent, disons même 99 % » fils du prince et héritier Grimaldi.

«Il existe une prise de sang du prince, réalisée dans un hôtel parisien en 1992, mais elle n’est ni officielle ni sûre », expliquait le jeune homme de 35 ans qui insistait que le test n’avait pas été réalisé par un laboratoire certifié et reconnu. « Malheureusement, je n’ai pas l’argent pour une bataille juridique. Et c’est vraiment dommage. Je me demande : qui ne voudrait pas savoir qui est son vrai père ? », poursuivait-il.

Un témoignage qui ne manque pas d’agacer au plus haut point le couple princier.