Accueil / People / Charlène de Monaco, sensibilité neuromusculaire, son remède miracle

Charlène de Monaco, sensibilité neuromusculaire, son remède miracle

Charlène de Monaco sensibilité neuromusculaire son remède miracle

Charlène de Monaco, cette sensibilité neuromusculaire qui rend son quotidien infernal enfin exhumé. Les détails sur son remède miracle.

L’épouse du prince Albert fait face à une bien grave maladie. Charlène de Monaco souffrirait d’une sensibilité neuromusculaire, son remède miracle expliquée de long en large dans les colonnes de Paris Confidences. Une pathologie liée à son ancienne carrière de nageuse.

« La crise avec une impression de s’étouffer »

« Des crampes ou des tendinites. Des sensations comme si elle était victime d’arthrose », voilà les conséquences douloureuses de cette maladie. Des symptômes qui fait de son quotidien, un véritable calvaire. « La crise avec une impression de s’étouffer », glisse la publication. Il faut savoir qu’il n’existe pas de lésion concrètement visible et ce, que ce soit au niveau musculaire ou cérébral.

Charlène de Monaco fait tout son possible pour venir à bout de ses douleurs. Comme indiqué par le magazine people, le Yoga est l’une des méthodes les plus prisées pour lutter contre les manifestations de cette sensibilité neuromusculaire. Les recherches effectuées par l’université Johns-Hopkins de Baltimore confortent cette hypothèse.

Une pratique douce du Yoga réduirait fortement la douleur articulaire engendrée par cette maladie en améliorant l’humeur et en réduisant le stress. Ces résultats positifs ne seront palpables qu’au bout de deux mois de pratique du Yoga.

L’hapagophytum, la griffe du diable, remède étonnant de la maladie de la princesse Charlène de Monaco.

Vraisemblablement l’hapagophytum, connu également sous le nom de griffe du diable, serait l’un des traitements efficaces de cette maladie. Ladite plante aurait au final, une action analgésique. En tant que thérapies de fond alternatives, cette plante a pour vertu de soulager ou de mettre fin aux douleurs rhumatismales.

« Elle a également son importance pour venir à bout de sa consommation de médicaments anti-inflammatoire », indique la publication en faisant allusion à cette sensibilité neuromusculaire dont souffre la princesse Charlène de Monaco.

La maman de Jacques et Gabriella poursuit sa convalescence depuis l’Afrique du Sud où elle est retranchée depuis plusieurs mois déjà. Son retour au Rocher est attendu cette fin de mois d’octobre. Son mari a récemment confié qu’il est impatient de pouvoir retrouver son épouse.