Accueil / Show Tv / C8 gravement en danger à cause d’une scène agitée dans TPMP, le CSA s’en mêle

C8 gravement en danger à cause d’une scène agitée dans TPMP, le CSA s’en mêle

C8 gravement en danger à cause d'une scène agitée dans TPMP, le CSA s'en mêle

Aux dernières nouvelles, C8 est gravement en danger à cause d’une scène agitée survenue dans TPMP, le CSA s’en mêle… Ce n’est pas bon !

TPMP est une énième fois_indique Pure Médias_ dans le viseur du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel). Cette fois C8 est gravement en danger à cause d’une scène agitée survenue dans TPMP, le CSA s’en mêle… La rédaction de Trop Libre vous livre les détails.

Cette séquence TPMP qui ne passe pas !

Cette nouvelle mise en garde a été causée par une séquence particulière survenue dans le talk-show le 02 mars dernier. Une séquence « jugée trop violente ». Cyril Hanouna et sa bande recevaient ce jour-là, Eryl Prayer et Sylvie Ortega, deux proches de Loana, la grande gagnante de la saison de Loft Story. Ce n’est pas la première fois qu’ils interviennent en direct du plateau de Touche pas à mon poste. Comme toujours, ça finit par des échanges survoltés. Ce 02 mars n’a pas fait exception. Pis encore, les deux personnalités avaient failli d’un peu en venir aux mains en pleine émission.

En effet, Sylvie Ortega n’avait pas caché avoir donné des médicaments à Loana, quelques heures précédant son hospitalisation survenue cette fin février. De quoi provoquer la fureur de Benjamin Castaldi. D’ailleurs, le mari d’Aurore Aleman ne se faisait pas prier pour ménager l’ancienne mannequin. Des minutes plus tard, Eryl Prayer débarquait sur le plateau… Il avait alors tiré profit de la situation pour régler ses comptes avec l’ex belle-fille de Sheila. Les insultes fusaient de partout au point que les deux protagonistes ne tenaient plus sur place… Ce fut tellement mouvementée au point que la sécurité a été obligée de s’interposer.

La CSA intervient

Sans plus attendre, le CSA appelle la huitième chaîne à faire preuve de plus de « vigilance« . Dans la décision publiée ce 13 juillet 2021, le gendarme de l’audiovisuel aurait préféré_ peut-on lire dans les colonnes du Midi Libre_qu’une « signalétique appropriée aurait dû être indiquée pour mettre en garde les enfants de moins de dix ans ». Une scène d’une telle violence n’aurait pas dû être diffusée « dans une émission de divertissement à une heure de grande écoute« . C8 devra alors en cas de rediffusion de ces images revoir leur façon de faire en faisant suivre la séquence « d’une signalétique de catégorie II« .