Accueil / People / Brigitte et Emmanuel Macron, leur quotidien devenu un enfer, le Président réplique

Brigitte et Emmanuel Macron, leur quotidien devenu un enfer, le Président réplique

Brigitte et Emmanuel Macron leur quotidien devenu un enfer le Président réplique

Brigitte et Emmanuel Macron, leur quotidien devenu un enfer, le Président de la République brise le silence et réplique ! C’est CASH !!! La rédaction de Trop-Libre vous dévoile tout dans les détails.

Le couple présidentiel séjournait cet été au Fort Brégançon dans le Var. S’ils étaient venus pour se reposer, ils ne seraient pas parvenus. Et pour cause, la pression aurait été trop forte et pis encore. Brigitte et Emmanuel Macron, leur quotidien devenu un enfer. A bout de nerfs, le Chef de l’Etat  réplique. De ce quotidien cauchemardesque il est question dans les colonnes de « Paris Confidences », dans son numéro de cette semaine. Trop-Libre vous en dit plus.

« Une manifestion anti-pass sanitaire avait lieu à Bornes-les-Mimosas » !

« Là-bas, il se sent bien. Détendu. Hélas alors qu’une manifestion anti-pass sanitaire avait lieu à Bornes-les-Mimosas », pouvait-on lire. Dans la commune où se situe le Fort, les forces de l’ordre ont toutes été mobilisées pour quadriller toute la zone de la résidence d’été présidentielle par peur des intrusions. Emmanuel Macron avait fait l’objet de bien de menaces. Certains manifestants virulents auraient envisagé de demander au président de la République de descendre de sa tour.

« Je pense qu’ils créent un désordre permanent, parce qu’ils contestent l’existence de l’ordre républicain, mais je ne céderai en rien  » !

Si Brigitte et Emmanuel Macron ont refusé toute confrontation, le président n’en est pas moins resté droit dans ses bottes au sujet du Pass-sanitaire. Celui d’alors soigneusement lancé un appel aux manifestants lors d’une interview donnée dans Paris Match.

« Je les invite à regarder les mêmes manifestations dans des pays qui ne sont plus des États de droit. Je pense qu’ils créent un désordre permanent, parce qu’ils contestent l’existence de l’ordre républicain, mais je ne céderai en rien », prévenait-il tout en déplorant la « complaisance des extrêmes politiques et, parfois, de certains dans les formations politiques républicaines, c’est grave, admettait-il car les mots ont un sens ».

Les choses deviennent de plus en plus difficiles pour le Président de la République, et encore plus maintenant que les élections présidentielles prévues en 2022 approchent. S’il fait tout pour tenir bon, la pression reste palpable.