Un remède miracle à l’abstentionnisme ? L’optimisme !

2288556895_5a9f918276_zUn remède miracle à l’abstentionnisme ? L’optimisme !

Par @MarineCaron

La participation électorale décline dans les démocraties modernes, en France, en Europe et partout ailleurs dans le monde. Cette tendance, issue d’un désintérêt et d’un désamour croissant pour les mécanismes électoraux, se traduit par des taux d’abstention grimpant : en France, les élections législatives de 1958 enregistraient une participation de 77.18% contre 57.12% en 2012, soit une augmentation de l’abstention de 20 points[1]. Etant donné que la participation est un indicateur de l’implication des citoyens vis-à-vis des institutions et des grands débats collectifs, ces chiffres illustrent clairement la problématique actuelle du déficit démocratique.

Alors, quelles solutions pour pallier ce déclin ?

Un facteur clé semble se dégager. Étudiant à the Australian National University, Troy Cruickshank[2] a mis en évidence la corrélation entre participation électorale et optimisme économique. Selon ses études, la participation électorale peut s’expliquer par les conditions économiques présentes au moment de l’élection.

Troy Cruickshank utilise le critère de la « perception » de la conjoncture économique pour mesurer l’intention de participer au scrutin. L’idée est que plus une personne est optimiste sur l’avenir de l’économie, plus il est probable qu’elle aille voter, et inversement. En prenant l’exemple du Royaume-Uni, Troy Cruickshank démontre que ce mécanisme peut expliquer l’augmentation de la participation entre les élections de 2005 et 2010. En situation de crise – comme celle des subprimes qui a éclatée en 2008 et dont la contagion a été internationale – le refus de voter des électeurs peut s’interpréter logiquement comme une sanction à l’encontre d’un gouvernement ou comme le rejet d’un système politique qui ne répond pas à leurs attentes. Le sursaut de participation que l’on constate toutefois au Royaume-Uni (65.1% de participation en 2010  contre 61.4% en 2005) montre que la croyance et les prévisions fondées sur un sursaut de l’économie encouragent le retour aux urnes. Finalement, si la récession provoque découragement et retrait du processus électoral chez certains électeurs, l’espoir d’une amélioration future de la situation économique favorise les regains de participation.

La solution au problème de l’abstentionnisme résiderait donc dans l’état d’esprit des électeurs. Le fait d’être optimiste sur les perspectives économiques de son pays a un effet positif sur le taux de participation. Une théorie qui se doit encore d’être vérifiée à l’aune des futures échéances électorales… Mais qui montre plus que jamais l’importance d’une économie saine pour une démocratie forte.

Marine Caron

Crédit photo : Ged Carroll

[1] http://www.france-politique.fr/elections-legislatives

[2] Troy Cruickshank, Levels of economic optimism are a key factor in determining voter turnout, LSE, British Politics and Policy, 01.11.14

About Marine Caron

Marine Caron est étudiante en Master 2 Droit et Relations Internationales dans les universités parisiennes Assas et Sorbonne. Elle est également présidente des jeunes UDI de la Seine-Maritime (76).

Qu'en pensez-vous?