Traversons-nous un déclin des innovations ?

Le débat sur le déclin de l’innovation est fort au sein de la communauté d’experts économiques depuis plusieurs mois. On se souvient que Robert Gordon avait publié une tribune dans le Wall Street Journal, qui avait fait grand bruit : il s’inquiétait de la disparition des grandes innovations. L’économiste relevait que si l’ordinateur et internet ont constitué des innovations majeures à la fin du XXe siècle, aucune innovation réelle n’a suivi : nous ne faisons que diffuser ces technologies, en les miniaturisant ou les rendant plus puissantes, mais sans plus. Selon lui, cette tendance facheuse constitue une menace pour l’emploi (point de vue que ne partagent absolument pas Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, à l’inverse).

C’est un peu également la thèse que défendait Tyler Cowen dans son livre The Great Stagnation qui écrivait : « if one sentence were to sum up the mechanism driving the Great Stagnation, it is this : recent and current innovation is more geared to private goods than to public goods. That simple obersvation ties together the three major macroeconomic events of our time : growing income inequality, stagnant median income, and (…) the financial crisis« .

Dans le Wall Street Journal cette semaine, c’est une nouvelle thèse qui appuie cette tendance : dans son dernier livre (The American Technological Challenge), Jan Vijg explique que les « macro-inventions » ont décliné depuis 1970. Et comme le montre le graphique, de manière drastique !

Capture d’écran 2014-06-17 à 16.05.50

 

Source : Wall Street Journal

 

Ajout 18 juin : EXCLU, retrouvez l’interview de Jan Vijg pour Trop Libre

About Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie. Membre du Conseil scientifique et d'évaluation de la Fondation pour l'innovation politique Responsable du média Trop Libre

Qu'en pensez-vous?