Macron est seul

 La p5116302_6_41d0_23-avril-2017-toulouse-1er-tour-des-elections_5dfe0bff181eacc1466edcf674f31fffremière manière de juger la performance d’Emmanuel Macron est de souligner l’exploit d’un candidat qui, n’ayant exercé aucun mandat électif, est devenu à 39 ans en mesure d’accéder à la présidence de la République. La seconde manière oblige à souligner la défaite simultanée des partis de gouvernement.

Ensemble, les candidats socialiste et Les Républicai
ns (25,8 %) n’atteignent pas le score de Nicolas Sarkozy en 2007 (31,1 %) ou celui de François Hollande en 2012 (28,6 %), signe clair de ce délitement dont le 23 avril est le produit, autant que de l’audace de M. Macron. Son score (23,9 %) est l’un des deux plus faibles pour un président, si tel devait être le cas, avec Jacques Chirac, lui-même difficilement parvenu au second tour, avant la victoire, en 1995 (20,8 %) puis en 2002 (19,8 %).

A deux reprises déjà (1969 et 2002), la gauche a été éliminée du second tour. Mais de lors cette élection, pour la première fois, aucun des candidats de la droite et de la gauche de gouvernement ne survit au scrutin. Le parti héritier du fondateur de la Ve République et de l’élection présidentielle au suffrage universel se voit sèchement écarté. Le Parti socialiste n’a, lui, pas eu à subir la concurrence des écologistes ; de même, la droite défaite n’a pas eu à supporter la concurrence des centristes, pour la première fois depuis 1965. En 2017, les écologistes et les centristes n’ont pas ­présenté de candidat.

Seul Jacques Chirac…

Logiquement, la conséquence est une fonte rapide de l’assise électorale des candidats de gouvernement accédant au second tour. Depuis 1965, les deux candidats finalistes ont toujours été issus des partis de gouvernement, à l’exception de 2002 – et désormais de 2017.

Entre 1965 et 2012, en moyenne, les candidats de gouvernement accédant au second tour ont représenté 44,6 % de la population électorale (inscrits). En 2017, il n’y a qu’Emmanuel Macron que l’on peut considérer comme un candidat de gouvernement ; or, sa base de premier tour ne représente que 18,9 % des inscrits… Seul Jacques Chirac a fait moins, en 2002, (13,9 %) en raison d’une abstention supérieure (28,4 %).

Ce n’est pas non plus l’abstention qui peut expliquer l’hécatombe. Redoutée, elle n’a pas eu lieu. On s’en réjouit, mais c’est dans le cadre de cette forte participation que Marine Le Pen établit un nouveau record pour le FN, depuis sa création ; c’est encore dans ce cadre que Jean-Luc Mélenchon parvient presque à doubler son score de 2012, frôlant l’accès au second tour. Or, à l’occasion de son discours, au soir du premier tour, Emmanuel Macron n’a pas semblé prendre la mesure de cette réalité profondément troublée. Il faudra convaincre lors du second tour. L’ambiance de fête au QG d’En marche ! était-elle appropriée ?

Face à un vote protestataire fragmenté

Ce même soir, depuis une cité populaire du Pas-de-Calais, Hénin-Beaumont, ces terres du socialisme sincère et du gaullisme historique, si loin de la capitale, siège de son adversaire, Marine Le Pen appelait à la « grande alternance », au « grand débat », celui de la France contre la mondialisation. Sans attendre, elle pilonnait son concurrent, l’épinglait candidat du « système », de « la mondialisation sauvage qui ruine notre civilisation », de la dérégulation et de ses conséquences, « les délocalisations », « l’immigration », « la libre circulation des terroristes », « héritier de Hollande », figure parfaite de « l’argent roi », des « élites arrogantes », avant de s’affirmer « candidate du peuple », dans un hommage au général de Gaulle.

Il ne faut pas se tromper sur la difficulté du second tour, le 7 mai. Face à un vote protestataire fragmenté mais peu ou prou majoritaire, Emmanuel Macron sera bien seul. Toutes celles et ceux qui ont appelé à voter pour lui ont été défaits, aux élections présidentielles ou aux primaires, faisant de lui le candidat des sortants. Marine Le Pen s’efforcera de mobiliser ce vote de rupture, la « France du non », celle de 2005, qui voyait ensemble les partis de gouvernement, de droite et de gauche, sèchement battus par des forces protestataires (54,6 %), de droite et de gauche

Comme au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, le tour décisif prendra place dans un monde démocratique fragilisé, au cœur d’une Europe confrontée à une offensive populiste inédite depuis les années 1930, dans un pays, la France, où les programmes de rupture ont su donner le jour à une coalition hétéroclite mais majoritaire, en 2005, et où, le 23 avril 2017, la moitié des électeurs ont bel et bien cherché la rupture.

 

Emmanuel Macron est le survivant d’un monde assiégé, non son héros triomphant. C’est pour préserver leur patrimoine d’une aventure hors de l’euro que les Français pourraient finalement le soutenir, non pour un programme de réformes dont ils ne veulent décidément pas, que l’Europe attend et que les gauches radicales s’apprêtent à combattre.

 Article initialement publié sur Lemonde.fr

« Trop Libre est un média de la Fondation pour l’innovation politique. Retrouvez l’intégralité des travaux de la fondation sur http://www.fondapol.org/ ».

 

Qu'en pensez-vous?