Les peuples européens veulent désormais peser sur Bruxelles

ENTRETIEN – L’historien*, fin connaisseur des institutions communautaires et de plusieurs pays du Vieux Continent, juge que les opinions publiques des 28 se sont approprié la question européenne.

LE FIGARO. – Peut-on dire que l’élection du Parlement de Strasbourg a été un référendum pour ou contre l’Union européenne?

Christophe DE VOOGD. - Non. Cette logique du référendum a joué à plein en Grande-Bretagne dans le contexte du Brexit, mais elle ne caractérise pas ce qu’il s’est passé dans les autres pays membres. Pour une raison simple: très peu de partis contestataires proposaient une sortie de l’Union ou même de l’euro. On connaît l’évolution, sur ces questions, du Rassemblement national de Marine Le Pen et de la Ligue de Salvini. Sans ce changement, ces deux partis n’auraient pas eu le succès qu’ils ont rencontré respectivement en France et en Italie. En témoigne, aux Pays-Bas, l’échec cuisant du PVV [le Parti pour la liberté, un parti néerlandais de droite radicale] de Wilders, favorable au «Nexit» et des formations les plus eurosceptiques un peu partout en Europe.

Lire la suite sur le site du Figaro

http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/christophe-de-voogd-les-peuples-europeens-veulent-desormais-peser-sur-bruxelles-20190528

 

Image par<a href= »https://pixabay.com/fr/users/ValdasMiskinis-12049839/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=4179270″>Valdas Miskinis</a> de <a href= »https://pixabay.com/fr/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;utm_content=4179270″>Pixabay</a>

Qu'en pensez-vous?