La crise sanitaire que nous vivons pourrait être fatale à l’Union européenne

ENTRETIEN - Pour le directeur de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), ces temps dramatiques appellent une clarification du projet européen. L’absence de solidarité longtemps constatée au sein de l’Union face à la crise est imputable aux États membres et non à Bruxelles, argumente l’auteur*.

LE FIGARO. – La solidarité européenne, notamment à l’égard de l’Italie, a fait défaut pendant la crise sanitaire. N’est-ce pas la démonstration qu’il n’existe pas de peuple européen?

Dominique REYNIÉ. - À la demande des États, la santé publique est un domaine qui relève de leur compétence et non de l’Union européenne. La crise sanitaire actuelle est donc plutôt une crise des États-nations européens. Ils ont exigé de conserver leur pleine souveraineté en la matière. Le résultat est spectaculaire: tous démontrent leur impréparation. L’Union européenne a été conçue par ces États, mais à partir d’une idée de coopération et non de solidarité. L’idée européenne s’est vu refuser l’accès à l’affectio societatis par des États nationaux qui voulaient conserver en monopole ce lien de reconnaissance.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur le site du Figaro.fr

 

Photo by Christian Wiediger on Unsplash

Qu'en pensez-vous?