L’art des médias sociaux

« L’objectif de ce livre est de vous permettre d’optimiser votre utilisation des médias sociaux (…) pour votre propre compte ou pour celui d’une entreprise ». Guy Kawasaki, membre exécutif de la Hass School of Business de l’Université de Californie à Berkeley et Peg Fitzpatrick, responsable de la stratégie sociale pour la société Canva, nous proposent une trame pratique, afin de faciliter notre usages des réseaux sociaux. Des conseils qui sont le fruit d’une expérience dans les plus grandes entreprises du web, afin d’accompagner l’utilisateur vers une gestion plus efficace de leur présence sur internet.

Optimiser sa présence sur internet. 

 

Avant d’optimiser notre présence sur internet et les médiaux sociaux, nous devons nous poser une question : qu’avons-nous à partager ? Cela en vaut-il la peine ? Cette question, c’est l’équivalent de l’anxiogène page blanche, une résonnance de la peur du jugement qui nous censure au quotidien, dans le milieu professionnel, mais aussi dans notre vie de tous les jours. Les partages sur les réseaux sociaux nous demandent aujourd’hui de nous engager. « Il s’agit moins de s’affirmer soi-même et d’imposer ses vues que de contribuer à une chaîne de valeur des contenus » (…) Tel un manuel de l’éloquence au XXIe siècle, L’Art des médias sociaux nous apprend à communiquer avec notre environnement social, avec les règles de persuasion, les conventions stylistiques et les codes de politesse qui lui sont propres ». Bien souvent, les internautes tendent à oublier que ce n’est pas parce que l’on est seul devant son ordinateur que le terme « social », doit perdre de son sens. Etre social, c’est avant tout être ouvert sur le monde.

 

Comment nourrir le monstre du contenu. 

 

Un des plus grands défis qui se pose chaque jour sur les médias sociaux, est l’aptitude à trouver de la ressource, à générer un contenu pertinent et de qualité, que l’on puisse partager. Pour utiliser l’expression de Guy Kawasaki et Peg Fitzpatrick, il faut nourrir le monstre du contenu « feed the content monster ». La curation de contenu, c’est cette relation « gagnant-gagnant »qui permet de trouver des articles écrits par d’autres, des les développer, de les résumer, de les partager. Une publication réussie est une publication diffusée. Pour cela, nombreux sont ceux qui utilisent les outils de curation et d’agrégation tels que Alltop, Buffer, Feedly, Futurity. Le site Reddit est également une référence en la matière : il se présente comme une page d’accueil, où les membres votent pour les articles les plus populaires, déterminant ainsi le référencement de ces derniers. Le fait d’ajouter des flux RSS sur des blogs ou des sites web, permet également de partager un contenu de façon automatique et ininterrompue, sous forme de liste d’attente.

 

Comment répondre aux commentaires. 

 

Dans son ouvrage « La voix de la connaissance », Miguel Ruiz déclarait « ne prenez rien personnellement. Vous n’êtes aucunement responsable de ce que les autres font. Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles ».Non sans humour, les auteurs rappellent que même un contenu intéressant recevra probablement des commentaires négatifs. La réponse aux commentaires est, dans une certaine mesure, un exercice de marketing direct, qui exige de la diplomatie, de la réflexion, mais aussi de la patience et de la compréhension. Et de la même façon qu’il est aisé de mal interpréter un email, un commentaire sur les médias sociaux peut être mal reçu. Devant un texte sarcastique, hors contexte, il est important de rester positif, d’accepter la critique et le débat constructif.

 

 De « l’e-savoir-être », ou comment éviter d’avoir l’air ignorant. 

 

La règle première serait de s’efforcer de ne pas polluer les autres, d’éviter le sarcasme d’éloges hypocrites, ou encore de dénigrer le point de vue de ceux qui n’iraient pas dans le sens de votre publication. Suggérer ou recommander des publications à partager aux autres est une pratique délicate, parfois contreproductive, au même titre que l’achat d’abonnés, de « likes », ou de « plus 1 ». Ces démarches artificielles ne permettent pas d’obtenir des résultats valables. Quoi de pire que les bloggeurs ou youtubeurs, qui demandent jusqu’au harcèlement qu’on les suive, « restez digne et ne vous mettez pas à genoux pour obtenir des abonnés supplémentaires, mais partagez beaucoup de contenu de qualité »,rappelle Guy Kawasaki. Confier la gestion des médias sociaux à une stagiaire ou à un tiers, peut s’avérer délicat. Le stagiaire peut apporter un regard neuf et de nouvelles perspectives sur les médias sociaux, mais il engage, par ses posts et ses publications, l’image et l’intégrité de celui qu’il représente.

La capitalisation des actifs numériques est un aspect fondamental : la création de vidéos pour la promotion d’un livre, de clips promotionnels de 30 secondes à deux minutes, de billets sur les blogs, de post sur LinkedIn, ou d’interventions pendant les conférences TED, sont autant de pistes à explorer, pour garantir un rayonnement optimal de vos idées. La gestion du capital numérique, c’est l’aptitude à se positionner sur le marché des idées, à y améliorer son profil, à attirer plus d’abonnés ou plus de lecteurs, « pour rendre votre communication sur les médias sociaux et sur votre blog la plus efficace possible ». 

 

Farid Gueham

Pour aller plus loin :

-       « L’art des médias sociaux », Guy Kawazaki, Peg Fitzpatrickextrait en ligne.

-       « Développer votre présence sur internet »blogdumoderateur.com

-       « Feed the content monster », article de Peg Fitzpatrick, pegfitzpatrick.com

-       « La voix de la connaissance : un guide vers la paix intérieure », Miguel Ruiz

-       « 5 étapes clé pour optimiser la valeur globale des contenus numériques », journaldunet.com

 

Photo by Rodion Kutsaev on Unsplash

Qu'en pensez-vous?