L’Afrique : nouveau territoire des Civic Tech

4944102603_14b906ff0b_z (3)Au Kenya, une application permet de cartographier les conflits électoraux

«Ushahidi » a vu le jour à la suite des violences post-élections de 2007. Ce site de crowdsourcing permet de collecter et de cartographier les incidents et les anomalies constatés lors d’élections dans des zones ou des contextes sensibles. La plateforme est devenue une référence internationale dans le domaine du suivi électoral. Légitimée par son expertise reconnue, l’initiative s’est développée, proposant des outils de mobilisation politique, notamment en Lybie et en Egypte, afin de dénoncer les violences sexuelles faites aux femmes. A l’origine d’Ushahidi, une poignée de militants de Nairobi imagine un outil qui permettrait de suivre en direct la situation des émeutes, mais aussi de localiser les zones sensibles qui sont touchées par les émeutes. La carte interactive permet de décrire et de localiser en temps réel ce dont on est témoin. En swahili, « Ushahidi » signifie justement « témoigner ». Le logiciel a été utilisé dans plus de 110 000 situations à travers le monde. Au delà de la surveillance des processus électoraux, la plateforme s’est engagée dans le suivi de catastrophes naturelles, de conflits, de discriminations, ou d’enjeux environnementaux. Le succès de l’initiative réside dans l’accessibilité et la simplicité de ses outils : les témoignages peuvent être réalisés via SMS, Twitter, mail, internet, sans obligation de télécharger une application. Un outil numérique d’intérêt général pour donner de la résonnance à la voix du peuple selon son fondateur, Nathaniel Manning.

Africtivistes : les cyber-militants du Sénégal

La ligue des cyber-militants pour la démocratie du Sénégal a vu le jour sous l’impulsion du blogueur Cheikh Fall et entend peser dans le débat public. Son schéma s’inspire des sites de pétitions en ligne comme le célèbre change.org. Les militants interpellent la classe politique par le biais de hashtags largement repris par la population. En Gambie, le hashtag #Jammehfact a permis de recenser les atteintes aux droits de l’homme mais aussi les dérives autoritaires du régime de Yahya Jammeh. Pour Cheikh Fall, initiateur du mouvement, le mouvement répond à une attente forte, une tendance de fond commune à l’ensemble du continent africain, « durant mes voyages en Afrique, je me suis rendu compte que des jeunes faisaient la même chose que moi dans leur pays. Ils voulaient promouvoir la citoyenneté augmentée, conscientiser et accompagner les citoyens à s’accaparer l’espace politique publique et se positionner comme des acteurs nouveaux. Et la remarque qui revenait souvent, c’était : comment faire ? Qui peut nous aider ? Ainsi de suite. Du coup, je me suis dis pourquoi ne pas créer une Ligue qui pourrait regrouper tous ces jeunes, les accompagner pour toutes les questions de sécurité, de diffusion d’information, de partage de contenus, mais aussi d’utilisation de plateformes. Et là, nous avons créé le réseau « Africtivistes » ».

Plus d’une dizaine de pays africains s’engagent dans le Partenariat pour un gouvernement ouvert. Les activistes questionnent cet engouement de l’hypothèse d’une maturation des systèmes politiques africains au plus cynique plan de communication politique.

Pour les activistes de la plateforme participative les « Cahiers d’espérance » l’ouverture du gouvernement viendra des citoyens 

En 2016, lors de l’élection présidentielle remportée par Ali Bongo, une partie de la société civile s’insurge : leur mouvement d’inspiration évangéliste, « le Réveil », lance, via sa plateforme participative, une consultation nationale dont l’objectif est de faire émerger des propositions aux futurs gouvernants, réunis dans une synthèse, les « Cahiers d’espérance du Gabon ». Pendant sept semaines, sept thématiques sont débattues et 1200 propositions sont publiées. Le 8 juillet 2016, la Chambre de Commerce de Libreville accueille la présentation de la synthèse des travaux : gouvernance, réforme des institutions, finances publiques, éducation, culture, sécurité et de défense. Le Réveil du Gabon entend « répondre à son objet qui est celui d’une participation active des concitoyens dans la construction politique, économique et sociale du Gabon » comme le rappelle Harold Leckat, Président du mouvement.

L’Afrique au cœur de l’Open Government Partnership

Mercredi 7 décembre, Paris accueillait le le 4e sommet du Partenariat pour un gouvernement ouvert, « PGO » ou « Open government partnership ». Un sommet pour la promotion de plus de transparence dans les politiques publiques et pour stimuler la participation citoyenne, notamment grâce aux outils du numérique et à l’open data. Parmi les 70 états rassemblés, les Etats africains étaient largement représentés, affirmant leur engagement dans une concertation avec la société civile. De nombreux représentants se voulaient les relais d’une génération aux attentes immenses. Parmi eux, Fode Sanikayi Kouyate président de l’association des blogueurs de Guinée. A l’occasion de l’élection présidentielle de 2015, son association lance un vaste programme de « fact-checking ». Pour dupliquer l’initiative sur l’ensemble du continent africain, l’ouverture des données publiques est un élément essentiel « c’est ce qui permettra à la société civile de poser de véritables questions, de pouvoir proposer des solutions. Je pense que ce sommet (PGO) permettra de comprendre tout cet écosystème pour que, dans notre pays aussi, on puisse faire le contrôle citoyen de l’action publique ».

Pour aller plus loin :

- « Ushahidi : la Tech kenyane déployée pour surveiller la présidentielle américaine », Le Point.
- « L’importance du PGO pour l’Afrique : la Côte d’Ivoire », Open Governement Partnership.
- « Les nations unies de l’« open-gov » réunies à Paris », Les Echos.fr
- « Afrique Numérique, la carte des acteurs du numérique en Afrique francophone », la fonderie-idf.fr
- « Les journées Afrique Développement et Numérique 2016 », entreprise.gouv.fr
- « L’Afrique a-t-elle entamé sa révolution open data ? », jeuneafrique.com

« Crédit photo Flickr: afromusing»

Qu'en pensez-vous?