Coronavirus, rhétorique abondante, politique impuissante?

Le mot d’ordre qui commence à s’imposer dans le débat public français, stimulé par les deux derniers discours du président de la République, est clair: haro sur la mondialisation, le marché et l’initiative privée, et vive la réglementation, la relocalisation, voire la renationalisation! Ce faisant, nous autres Français replongeons avec délices dans notre double habitus national: la préférence pour les grands mots et les belles théories plutôt que pour les considérations pratiques et d’autre part l’adoration de «l’État-garant-de-l’intérêt-général», source de toute vérité, de toute action légitime et, désormais, de tout revenu. Le chef de cet État ne l’a-t-il pas garanti d’un discours à l’autre, dont les messages tiennent en une ligne: «Coûte que coûte, l’État paiera»?

Lire la suite de l’article de Christophe de Voogd sur le site du Figaro

Photo by CDC on Unsplash

Qu'en pensez-vous?