Coronavirus: les démocraties savent faire face !

Les moments de crise, parce qu’ils alimentent les pires craintes et nourrissent les demandes de protection de toutes sortes, sont des tests pour les démocraties et, de façon générale, pour la liberté.

Quand surgit l’ennemi, réel ou fantasmé, qu’il prenne la forme d’un concurrent inattendu, d’un microbe virulent ou de migrants terrifiés par la mort qu’ils ont maintes fois frôlée, le complexe obsidional reprend le dessus : fermeture, rejet, contrôle deviennent les maîtres-mots du débat politique. Ce faisant, l’illusion de l’isolement étouffe, insidieusement, les principes de libre circulation des biens et des personnes.

Depuis le début de la crise du coronavirus, les appels à la restriction des franchissements de frontières se multiplient, dans l’espoir que, si par chance le monde pouvait se figer, le virus cesserait de se propager. Le protectionnisme commercial repose sur la même logique : il est la matérialisation du rêve caché qu’en restreignant l’entrée sur le territoire des offres concurrentes, la production nationale pourra continuer à prospérer paisiblement, à l’abri des tumultes du monde.

lire la suite sur le site de L’Opinion

Erwan Le Noan, membre du conseil scientifique de la Fondation pour l’innovation politique

 

Photo by CDC on Unsplash

Qu'en pensez-vous?