Culturisme

L’envers du décor des expositions temporaires

L’envers du décor des expositions temporaires

Elles sont placardées sur les murs du métro, annoncées dans les dépliants et programmées des mois à l’avance. Lorsqu’une exposition temporaire est organisée par un musée national, elle doit rassembler une importante quantité d’œuvres d’art du même artiste pour attirer un maximum de visiteurs. Mais comment les musées nationaux et internationaux s’arrangent-ils pour exposer des toiles parfois disséminées aux quatre coins de la planète ?

Ouvrir l’expérience du musée par le numérique : l’exemple du Louvre-Lens

Ouvrir l’expérience du musée par le numérique : l’exemple du Louvre-Lens

Les Louvre-Lens semble avoir trouvé l’outil imparable pour séduire les jeunes publics : un smartphone qui intègre un outil de visualisation 3D, ainsi qu’un jeu interactif. Pour les parents, l’application est un outil pédagogique intéressant. « Le numérique c’est aussi un gain d’autonomie, les enfants parcourent le musée sans moi, je n’ai plus besoin d’être derrière, et de leur expliquer les œuvres » confesse un parent visiteur. Pour faire découvrir les œuvres d’une façon innovante, le musée s’appuie sur un guide multimédia qui a demandé près de trois ans de travail.

Paris peut-il faire rêver à nouveau ?

Paris peut-il faire rêver à nouveau ?

Ville lumière, ville musée, ville morte, comment qualifier la capitale française ? Outre la rivalité historique avec Londres, Paris fait face à des villes européennes beaucoup plus dynamiques. Berlin, Barcelone, dont la bulle festive commence à souffrir au profit de villes comme Lisbonne ou Cracovie, font souvent office de nouvelles capitales culturelles européennes. Il est temps que notre capitale se réinvente.

Musées français : des bienfaits et dangers de la mercantilisation (3/3)

Musées français : des bienfaits et dangers de la mercantilisation (3/3)

Les musées ne sont plus aujourd’hui le tonneau des Danaïdes du ministère de la Culture et ont intégré la nécessité d’une plus grande rationalisation, d’une diminution des coûts et d’une optimisation des dépenses. Cependant, il ne faudrait pas qu’ils soient victimes, comme beaucoup d’autres institutions culturelles, de la « disneylandisation » de notre société.

La désolation concentrationnaire : Le Fils de Saul de Laszlo Nemes

La désolation concentrationnaire : Le Fils de Saul de Laszlo Nemes

Selon certains, le film aurait mérité la Palme de Or au dernier Festival de Cannes, pour d’autres il est « problématique ». Le fils de Saul du jeune hongrois László Nemes rend perplexes critiques, historiens et public. Même les défenseurs les plus assidus du film ont avoué y être allés à reculons car le sujet n’est rien de moins qu’une confrontation directe avec la pire barbarie du XXe siècle, qui en compta tant : l’univers des chambres à gaz de Birkenau.